Bardage en pierre pour inspiration haussmannienne

/Bardage en pierre pour inspiration haussmannienne

Bardage en pierre pour inspiration haussmannienne

Implanté dans une rue typiquement haussmannienne, le siège du bailleur social Immobilière du Moulin Vert reprend les codes architecturaux de l’époque tout en les déclinant de manière contemporaine. Le bardage est rapporté sur un système à isolation répartie.

Le futur siège du bailleur social l’Immobilière du Moulin Vert est situé au cœur d’un quartier typiquement haussmannien du 17e arrondissement de la capitale. Le bâtiment fait l’objet d’une opération de rénovation lourde et de surélé­vation. L’objectif des concepteurs de l’agence Fèvre et Gaucher est à la fois de trancher avec son aspect d’origine (façade préfabriquée des années 1970) et de l’intégrer dans un environnement composé d’immeubles bourgeois de la fin du 19″ siècle.

Côté rue, « nous avons repris les codes de l’archi­tecture des façades haussmanniennes avec un bar­dage en pierres agrafées à joints croisés qui rappelle la pierre de taille et une proportion et une répar­tition des percements comparables », explique l’ar­chitecte Jérôme Goyard. Pour ne pas risquer la monotonie et conserver un aspect contemporain à l’ouvrage, une grande faille verticale coupe la façade en deux pour permettre la mise en œuvre de loggias, accessibles des bureaux ainsi que des deux niveaux réservés à l’aménagement de loge­ments sociaux. Les tableaux de fenêtres, habillés de parements stratifiés d’aspect bois, remplissent le même objectif.

Le traitement de la façade sur cour poursuit égale­ment ce parti-pris. Il remonte jusqu’à l’étage supplé­mentaire, rendu possible grâce à la loi Alur. Pour des raisons économiques, la pierre agrafée n’a pu être retenue. « Nous avons cherché à sortir de la rigueur haussmannienne pour privilégier une écriture plus moderne de ces façades, souligne l’architecte.

COTÉ RUE/ CÔTÉ COUR

Sur les deux façades, les panneaux amiantés ont été intégralement déposés, laissant à nu une structure en ossature métallique et plancher béton. L’entre­prise de bardage GCEB, en charge du lot, a préco­nisé le recours à un système à isolation répartie. Des U verticaux sont fixés par des platines au droit des planchers et dans lesquels est pincé un isolant de 120 mm d’épaisseur. En laine de verre en partie courante, il est en laine de roche au droit des plan­chers pour des raisons de sécurité incendie. Sur le pare-pluie sont rapportés des rails horizontaux sup­ports des 325 m2 de parements en pierre naturelle côté rue et de 290 m2 de lames en acier galvanisé côté cour. « Sur rue, nous avons réalisé les réserva­tions des menuiseries en positionnant les précadres acier et aluminium des châssis au niveau du nu inté­rieur de la façade, souligne Cyrielle Berger, conduc­trice de travaux pour GCEB. Sur cour, en revanche, les menuiseries sont en tunnel. Les châssis sont posés sur des tasseaux bois devant lesquels sont fixées des plaques de protection au feu. »

Les travaux sont prévus pour s’achever d’ici à début novembre 2017. Lorsque l’ensemble du bardage sera posé, des câbles tendus fixés sur la façade ser­viront de tuteur à des plantes grimpantes.

LES INTERVENANTS

Maître d’ouvrage : Immobilière du Moulin Vert
Maître d’œuvre : Fèvre et Gaucher architectes

Article extrait de Bardage Info #12 – Novembre 2017.

2018-01-16T09:22:22+00:00